Revenir à Votre territoire en action

Droits de l’Enfant

En 2019, la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (C.I.D.E.)
fêtent leurs trente ans.

Le 20 novembre 1989, l’assemblée
générale des Nations Unies adopte à l’unanimité la Convention Internationale des droits de l’enfant. 54 articles, aujourd’hui ratifié par tous les pays (193) sauf la somalie et les Etats Unis, obligent l’ensemble des signataires à respecter les droits suivants :

• le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité
• le droit d’être soigné, protégé des maladies, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée
• le droit d’aller à l’école
• le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation
• le droit d’être protégé contre toutes les formes de discrimination
• le droit de ne pas faire la guerre, ni la subir
• le droit d’avoir un refuge, d’être secouru, et d’avoir des conditions de vie décentes
• le droit de jouer et d’avoir des loisirs
• le droit à la liberté d’information, d’expression et de participation
• le droit d’avoir une famille, d’être entouré et aimé

C’est à partir des années 1830, que les états commencent à réglementer le travail des enfants, la justice et la scolarisation. Auparavant, l’enfant est considéré comme étant la propriété de ses parents. En 1841, la France interdit l’embauche des enfants de moins de 8 ans dans les fabriques de plus de 20 salariés. En 1988, les premiers tribunaux pour mineurs sont instaurés aux USA.
Mais il faudra attendre les années 1920, pour que les premiers textes énonçant les droits fondamentaux des enfants voient le jour (déclaration de Genève). Yanusz Korzak, pédiatre Polonais, fut le premier à affirmer cela auprès de la Société des Nations.

En 1979, La commission des Droits de l’Homme des Nations Unis met en place une commission de travail pour préparer ce qui deviendra 10 ans après la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

En 2019, la Maison de Quartier SEVE présente une exposition sur 14 panneaux retraçant l’histoire des droits de l’enfant et de la Convention Internationale. C’est l’occasion d’amener petits et grands à s’interroger sur les droits acquis et non acquis, d’apprendre de nouvelles notions, d’échanger sur les représentations de chacun et de prendre conscience du monde qui nous entoure et des conditions de vie dans lesquelles vivent certains enfants.

Aller au contenu principal